En mai, la Cohle Gallery est ravie d’annoncer la nouvelle exposition très attendue de l’artiste
américain Adam Handler. Suite à son solo show, Twinkling Unknowns, en 2021, Adam est de
retour avec Love Land et sera cette fois-ci présent pour l’inauguration.

Cette nouvelle série d’œuvres promet de nombreux tableaux imaginatifs et colorés, crées dans le
style faux-naïf d’Adam. Elle explore des thèmes comme les relations, les émotions et l’empathie,
toujours avec une palette vive et des formes exagérées pour donner aux spectateurs
l’impression qu’ils sont ailleurs.

Depuis quelques années, la popularité de cet artiste est en pleine croissance. Adam est suivi de près
par les collectionneurs et les amateurs d’art contemporain du monde entier. Il est né en 1986 dans le
Queens NY et a grandi à Long Island. Enfant et adolescent, il passe d’innombrables heures dans
l’atelier d’encadrement de ses grands-parents à New York. Là, sa passion pour l’art grandi et à l’âge de
18 ans, il prend la décision de développer ses capacités créatives. Il part étudier le dessin en Italie puis
est diplômé du Purchase College à New York en 2008 avec une spécialisation en histoire de l’art.
Adam travaille avec spontanéité, en s’inspirant de ses ressentis actuels et en jouant avec les couleurs.
Son processus favorise des sentiments de liberté et d’enthousiasme, où des surprises peuvent
apparaître à tout moment. Le style faux-naïf de l’artiste, ses couleurs vives, ont pour objectif de
transmettre des émotions au spectateur et non d’amener à une réflexion sur l’œuvre.

Le titre de l’exposition Love Land est tiré d’une chanson qui parle de deux amoureux intitulée
« Loveland », du groupe allemand Milky Chance. Ses tableaux parleront de l’amour et des relations. Le
spectateur se retrouve face à l’idée de l’amour inconditionnel, mettant en lumière l’importance d’accepter l’amour dans toutes ses formes. Le but de l’artiste avant tout est de provoquer une connexion
émotionnelle entre le public et l’œuvre.


L’exposition marquera une évolution dans le travail d’Adam alors qu’il introduit de nouveaux sujets, les
voyant interagir avec ses personnages déjà établis tels que le fantôme et la fille. Son travail oscille entre
la douceur et la tristesse, le désir d’hier ou de demain ; placer ses sujets dans le cosmos ne fait que
confirmer les incertitudes auxquelles nous sommes tous confrontés; comme l’univers inconnu. Pour
l’artiste, peindre sert de moyen d’auto-exploration, agissant comme des outils thérapeutiques à travers
lesquels il peut examiner sa propre psyché.


Les sujets d’Adam ont été inspirés par sa femme, qu’il a rencontrée alors qu’il étudiait le dessin en Italie.
Captivé par ses yeux, il commença à dessiner des figures féminines avec de grands yeux ronds.
L’exploration de ce sujet a évolué au cours des années, passant du figuratif à l’abstrait, se transformant
lentement dans le style faux-naïf pour lequel il est connu aujourd’hui. Il a aussi été fortement influencé
par le travail de l’artiste expressionniste abstrait, Willem DeKooning, et plus particulièrement ses
représentations atypiques de la forme humaine.

L’exposition Love Land se déroulera du 18 au 29 mai à l’espace MR80, 80bis rue de Turenne. Le
vernissage aura lieu le mercredi 18 mai à la même adresse à partir de 18h.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Translate